Bienvenue à ROUMAZIERES LOUBERT

Sommaire

M. DUFAUD Jean-Michel est maire de la commune de ROUMAZIERES-LOUBERT depuis 2008.

La Cité de l'Argile

Roumazières-Loubert est situé à mi-chemin entre Angoulème et Limoges (50km) sur la RN 141, véritable artère économique reliant les Charente au Limousin. Résultat de fusions successives qui en font l’une des communes les plus étendues du département, cette petite ville de 2800 habitants est devenue le siège de la Communauté de communes de Haute Charente. Il ne suffit pas de traverser l’agglomération : il faut absolument s’aventurer, flâner, contempler…

Les siècles ont légué un patrimoine varié : routes préromaines et romaines, motte féodale, chapelles et châteaux, viaducs. Et l’habitat témoigne d’un long passé tuilier. Le développement de Roumazières-Loubert tient à la richesse de son sous-sol en argile. Les entreprises toujours innovantes, liées à un savoir-faire ancestral, en ont fait la Capital Européenne de la Terre Cuite.

Le Patrimoine Industriel

Structuré par la haute vallée de la Charente et ses affluent – le Son et la Bonnieure, la région de Roumazières-Loubert est située sur la bordure du bassin sédimentaire aquitain au contact des contreforts cristallins du Massif Central. Vers 1875, Eugène Polakowski, ingénieur qui travaillait sur la construction de la voie ferrée Angoulème-Limoges, remarqua la richesse du sol en argiles réfractaires.

Puis en 1881, on découvrit d’importants bassins d’argile en faisant le terrassement de la route nationale 141. C’est de cette époque que datent les premières fabriques mécaniques de tuiles, qui remplacèrent peu à peu les nombreux ateliers familiaux et artisanaux. Une main d’œuvre d’origine étrangère, tout au long du XXème siècle, a été indispensable à ce développement industriel. L’ouverture de ces usines a bouleversé l’environnement de la commune.

Après la seconde guerre mondiale, chaque entreprise fait construire sa cité, facteur de cohésion sociale. L’habitat traditionnel, construit à base d’argile, témoigne d’un savoir-faire et d’un souci d’ornementation : épis, lignes de faîtage, rives, frontons,…Aujourd’hui subsistent deux grands groupe Terréal et Lafarge Couverture qui emploient environ 800 personnes. La production massive a sans doute un peu oublié le détail esthétique ces dernières années, mais a vu l’apparition des tuiles vernissées et émaillées de couleurs variées.

Découvrez les sites Internet de : Terréal et Lafarge Couverture

Un peu d'histoire...

L’histoire a laissé de nombreuses traces dans la commune. Bien avant la conquête romaine, les Lémovices vivaient dans la grande forêt qui couvrait la région. Plusieurs routes traversaient cette zone dont « la route des métaux » joignant l’Armorique à la méditerranée.

Au lieu-dit Loubert, un panneau sur « la route des Lémovices » implanté au bord de la route, permet de repérer à paysage découvert une partie du premier itinéraire antique Lyon-Limoges-La Rochefoucauld-Saintes. Un itinéraire postérieur par la rive gauche de la Vienne et Chassenon (Cassinomagus) la déclassera ; c’est la célèbre voie d’Agrippa. Là aussi subsistent, côte à côte, les vestiges d’une motte féodale cernée par un fossé et les ruines du donjon carré de castrum de Loubert attesté dès 1032.

le Patrimoine

Au Moyen Age, cinq petites paroisses se formeront autour de cinq églises qui existent toujours dans la commune.
  • L’église Saint-Jean-Baptiste de Loubert construite au XIème siècle fut flanquée de son clocher actuel en 1852.
  • L’eglise Saint-Martial de Chantrezac, du XIIème siècle, restaurée intérieurement, possède un orgue. Une importante commanderie de Templiers s’établit dans la région au XIIème siècle.
  • La chapelle Sainte Croix du Petit Madieu, modeste, sobre et d’une grande pureté, ainsi que les bâtiments voisins faisaient partie de leurs biens.
  • La chapelle notre Dame de Laplaud, juchée sur un tertre est un charmant petit sanctuaire des XIème et XIIème siècles. Les dalles du chœur sont les pierres tombales des seigneurs de Chambes et le pavage semble d’être d’époque.
  • L’église Saint Christophe au bourg de Roumazières date du XIème siècle. C’est une sobre construction de pierre rouge de style roman limousin restaurée à l’intérieur. Des fouilles récentes ont permis de découvrir sous le chœur un aqueduc gallo-romain.
Pour les amoureux du Moyen Age, voici le château de Peyras

L’actuel château de Chambes (privée) date du XVème siècle. Il appartient au capitaine de corvette Béchameil (1795-1847) qui sauva Louis-Philippe de la noyade et devient son ami.

La réforme administrative de 1790 transforma les cinq paroisses, précédemment citées, en cinq communes administrées par un maire et conseil municipal.
En 1845, les communes de Loubert, Laplaud, et Petit Madieu fusionnèrent pour n’en former qu’une seule : Loubert. En 1961 cette commune pris le nom de Loubert-Madieu. Enfin le 13 janvier 1971, la commune actuelle de Roumazière-Loubert vit le jour suite à la fusion de Loubert-Madieu, Chantrezac et Roumazières.

(XIème – XIIIème – Xvème). Ses seigneurs sont cités dès 1067. En 1356, cette forteresse fut témoin de la chevauchée du Prince Noir. Le château du Peyras semble avoir été détruit partiellement pendant la guerre de Cent ans. Aujourd’hui restauré par les propriétaires, il se visite.

Loisirs et Tourisme

Les immenses carrières d’extraction de l’argile et du sable ont laissé des excavations qui ont modelé la topographie. Certaines ont été réaménagées en plans d’eau dans cette région riche en sources et ruisseaux : étang de pêche des Pradelles, base de loisirs des Prés de Peyras qui comprend un lac pour la pêche et la ballade en pédalos, une aire de pique-nique et une baignade surveillée gratuite en juillet et août. Réhabilitation réussie!

La voie ferrée Roumazières-Loubert – Confolens, fermée à l’exploitation revit pour le plus grand plaisir des amateurs de vélo-rail de tous les âges, qui franchiront allègrement le grand viaduc de Laplaud (1887).

De nombreux sentiers balisés invitent marcheur, VTTistes et cavaliers à découvrir la campagne verdoyante et vallonnée de Charente Limousine où paissent des troupeaux de vaches rousses.

Durant la saison estivale, l’Office de Tourisme propose des visites guidées du patrimoine local, des circuits-découverte et une exposition-mémoire de la cité tuilière. Un Festival International de Sculptures d’Argile accueille chaque année, en mai, de nombreux participants amateurs, professionnels ou écoles d’art.

En juillet, les Lumières de l’histoire font renaître, durant quelques soirées, au château de Peyras, les moments héroïques ou paisibles de la vie de nos ancêtres.

Vie Locale

  • Foires et Marchés : Tous les dimanches de 7 heures à 13 heures -Place du Marché
  • Où dormir ? Hôtel du Commerce
  • Où manger ? 6 Restaurants :

Chez Lucky
122 rue Nationale
Tel : 05 45 71 10 88
Pizzeria - Grill - restaurant - brasserie
Hôtel du Commerce
11 avenue de la Gare
Tel :05 45 71 21 38
Fax : 05 45 71 17 20
L'Entracte
60 rue Union
Tel : 05 45 71 21 41
Relais des Barbettes
Barbettes de Chantrezac
Tel : 05 45 85 94 34
Restaurant du Centre
25 rue Nationale
Tel : 05 45 71 10 24
Les Trois Chênes
Lieu-dit Les Trois Chênes
Tel : 05 45 71 71 83

 

 

A faire

Equipements communaux :
  • Baignade des Prés de Peyras,
  • Stade Football, Rugby, Tennis, Pétanque,
  • Dojo, gymnase,
  • Médiathèque
  • Centre Social Culturel et Sportif
Manifestations et animations :
  • Festival d'argile en mai,
  • Frairie place Hôtel de Ville en juillet,
  • Fête d'automne "Square Polakowski",
  • Marché de Nuit 1er samedi de juillet,
  • Marché de Noël,..
Visite :
  • Château de Peyras : Visite commentée par des guides costumés. Marché médiéval costumé et animations équestres.
    • Ouvert au public du 1er Avril au 31 Octobre de 15h à 18h30, sauf le mardi
    • En Juillet, un spectacle met en scène une centaine d'acteurs qui font revivre l'Histoire régionale. En leur compagnie, on suit la vie tumultueuse du château et de nos ancêtres
    • Renseignements (visite, manifestation,...) : 05 45 71 25 25